aSSOCIATIONS ADHERENTES

COURRIERS DES "A"


Dans cette rubrique sont publiés des résumés d’articles choisis dans les bulletins des associations adhérentes de l’Union des A.

Je vous remercie de m’adresser les documents papier à l’adresse suivante :

Martine Briat 12 rue des Chalmettes 43 000 Le-Puy-en-Velay. 

Les documents numériques doivent être envoyés à : mbriat@gmail.com

Dans l’attente du plaisir de vous lire, merci de votre compréhension.

Martine Briat


Résumés d’articles choisis dans les bulletins des associations adhérentes de l’Union des A


Les anciens du lycée Gay Lussac de Limoges ont célébré, en 2017, leurs 150 ans, en accueillant, notamment, le Congrès National de l’Union des A, en restaurant le nom des leurs glorieux anciens sur le Monument aux Morts ou, encore, en organisant diverses manifestations festives. L’équipe du président Levet propose, également, des conférences. Celle de Michel Botineau posait une question « Les plantes ont-elles une place dans la médecine du XXI ème siècle » ?

Après un rappel de l’usage du Giroflier (bonne haleine) ou du Ginseng (tonique) en Chine, quelque 3000 ans avant notre ère, ou bien du Safran et du Grenadier en Egypte (1700 avant J.C), M. Martineau évoquait la théorie d’Hippocrate (400 avant J.C) traitant de l’analogie de forme ou de couleur entre une plante et un organe humain : ainsi, l’Hépathique dont les feuilles ont trois lobes était destinée à soigner les troubles du foie. Au cours du Moyen-Age, il est connu que le jardin des simples côtoyait l’infirmerie. A la Renaissance, l’imprimerie permet, désormais, une plus grande diffusion des savoirs, en particulier des observations naturalistes. Ensuite, la période d’exploitation des nouveaux mondes apporte son lot de plantes nouvelles comme le Quinquina ou le Cocaïer. L’essor de la chimie permet, par la suite, d’isoler les molécules (quinine par  exemple). Les médicaments issus des procédés de synthèse apparaissent vers la fin du XIX ème siècle et leur usage entraîne la distinction entre types de médecine, dont la phytothérapie qui utilise directement les plantes sous forme de tisane, ou l’homéopathie qui fait appel à de nombreux végétaux.

 

En ce début de XXI ème siècle, les plantes ont, assurément, une place dans la médecine, mais elles souffrent du recul rapide de la biodiversité, de la frilosité des industriels et, au moins en France, de la très forte régression de l’enseignement de la botanique.


Lycée Boucher de Perthes d’Abbeville

En 2017, les Anciens de la cité scolaire Boucher de Perthes ont célébré les 60 ans de leur lycée. Dans le bulletin édité à cette occasion, l’histoire de l’établissement est passée à la loupe « en 1969, il fallait un nouveau nom à la cité scolaire, on s’est arrêté à celui de Boucher de Perthes. N’est-ce-pas à Abbeville et même en partie sur les lieux mêmes de l’implantation de cet ensemble scolaire que le chercheur passionné et persévérant entreprit certaines de ses fouilles, découvrant les preuves de l’activité de l’homme préhistorique » ?

Plusieurs articles, extrêmement bien documentés, permettent une visite du lycée au fil du temps. L’un, datant des années soixante, est intitulé « Les ventres du lycée ». Papier particulièrement original, il fait le point sur la consommation annuelle de nourriture des 700 pensionnaires de la cantine.

Repas du matin : 28 785 litres de lait, soit le produit de la traite de 2870 vaches, 605 kg de café, 4840 livres de beurre « les petites rondelles font les grosses mottes » ! Sans oublier 860 000 morceaux de sucre pour un poids de 4300 kg qui, sous forme de boîtes empilées, représenteraient une hauteur de colonne de 258 mètres !

Déjeuners : un troupeau de 50 bœufs et de 45 moutons pour nourrir les ventres affamés ! 50175 baguettes de pain ! 86 000 kg de pommes de terre et même, ce qui est plus surprenant, 20 000 litres de bière !

 

« Un élève consomme, ainsi, en moyenne, près de 400 kg de nourriture et boissons à l’année » !


Lycée Blaise Pascal de Clermont-Ferrand

L’association présidée par le Dr Patrick Pochet-Lagaye ne manque pas de projets : idée d’une commémoration des anciens, morts pour la France, sous la forme d’un monument, cycle de conférences, refonte du site internet et politique d’aides aux élèves.

Dans ce cadre, les membres d’Iris (association sportive du lycée) ont sollicité les anciens pour des participations aux championnats de France, après les qualifications au niveau académique. Deux équipes d’athlétisme en déplacement à Châteauroux, et une d’escalade à Bordeaux ont reçu un soutien à hauteur de 250€. Les anciens élèves ont participé à la remise de médailles organisée au lycée, début juin.

 

En 2017, l’association a soufflé ses 150 bougies et comme devait le souligner le président Pochet-Lagaye dans le numéro 17 du Petit Blaise « nos années de lycée restent bien vivantes en nous, sans pour autant nous figer dans le passé ».


Lycée Alain d’Alençon

Les Anciens du lycée d’Alençon publient, tous les trois ans un bulletin très fourni, en complément de leur document quatre feuillets semestriel « La lettre et l’esprit ». En 2017, place au bulletin qui fait la part belle aux témoignages et anecdotes. Deux ont retenu notre attention. Le premier est un extrait d’article paru dans « L’indépendant de l’Orne » le 18 mars 1897, suite à la décision du Conseil municipal d’Alençon de créer une école supérieure de filles.

« Prenez garde, la charmante enfant conduite là-bas par ses parents pourrait leur revenir bourrée d’orgueil et de mépris », ou bien « jusqu’ici nos familles ont possédé nombre de jeunes femmes d’une supériorité incontestable mais dont le soin jaloux a été de se soumettre ou de se faire ignorer. Cela était leur grand mérite », ou « les lycées de filles n’ont réussi nulle part. ils ne se peuplent que de boursières. Nous plaignons les contribuables d’Alençon dans la poche desquels on va pêcher pour cette école 100 000 francs. C’est du gaspillage ». Et, enfin la perle « Gare au foyer où entrera la lycéenne ».

 

Le second est signé Monique Morineau-Menin qui revient sur ces souvenirs que chaque latiniste a en mémoire « un dictionnaire de 3kg, 1700 pages, illustré seulement de quelques petits dessins en noir et blanc…Cela vous dit quelque chose ? Eh oui ! C’est le Gaffiot – ami et cauchemar de nos études latines. Nous avons cherché, fébrilement, tous ces mots bizarres, placés dans un ordre défiant tout bon sens pour tenter de percer le secret des vers ou de la prose d’illustres romains, dont les préoccupations étaient à mille lieues des nôtres » ! Rappelons que les Anciens d’Alençon fêtent leurs 150 ans en accueillant, notamment, le Congrès annuel de l’Union des A.


Lycée David d’Angers

Surmontant les bâtiments du lycée, une coupole rotative abrite un observatoire astronomique « l’un des rares de l’Ouest » souligne Philippe Bonnette, secrétaire de l’Amicale des Anciens et Anciennes du Lycée David. « Comme toute bonne coupole astronomique, elle s’ouvre pour laisser pointer une lunette».

 

Ce lieu qui surplombe un toit en terrasse a connu ses heures de gloire. Construit en 1957, l’espace dévolu à l’observation du ciel tombe en sommeil au début des années soixante-dix avant de retrouver son éclat d’antan avec l’arrivée, en 1976, d’un professeur de mathématiques, passionné d’astronomie, Youri Gautier. Très rapidement, le club astronomie devient un incontournable dans le paysage du lycée. Achat de petit matériel, observations nocturnes autorisées par la coupure ponctuelle des éclairages extérieurs de l’établissement ! En mai 1980 est inauguré un télescope fabrication maison, « réglé, monté, il était très performant » ! Après une période de léthargie, due au départ de Youri Gautier dans un autre lycée, les lieux sont réinvestis dans les années 2000 pour la découverte des anneaux de Saturne ou la galaxie d’Andromède. Aujourd’hui, « L’endroit est, de nouveau, déserté. Il semble qu’il veille, discret, hors du temps ! Il est cette liaison entre ciel et terre, entre quelques générations d’élèves du lycée venus s’élever et interroger l’horizon ».


 

Lycée Charles et Adrien Dupuy, Le-Puy-en-Velay

Dans son bulletin 2017, l’association fraternelle des anciens et anciennes élèves fait le point sur le chantier de rénovation de l’établissement mais, aussi, sur la vie associative « force est de constater que les pages consacrées à la mémoire de nos enseignants (Auguste Rivet et Jean Merley, professeurs d’histoire à l’Université de Saint-Etienne, après leur passage à Charles et Adrien Dupuy) ou de nos camarades récemment disparus sont, encore une fois, trop nombreuses » souligne le président Jack Olivier.

Il est, également, question de Georges Brassens dans ce document car un ancien élève Bernard Lonjon a publié, voici quelques années, un ouvrage intitulé « Brassens, Les jolies fleurs et les peaux de vache » aux éditions de l’Archipel. Une documentation recherchée permet de découvrir ce chantre d’une époque révolue car abolie par l’union libre !

 

Lycée Français de Vienne

Les Anciens du lycée français de Vienne éditent une revue trimestrielle, particulièrement attrayante, et qui pourrait servir d’exemple !

Outre le calendrier des manifestations de l’ALFV, le journal numéro 57 (janvier 2017) fait un point sur le projet France Alumni Autriche, et Jean-Michel Casset, ancien professeur d’histoire-géographie au LFV, présente l’historique du lycée français de Vienne.

« La création du LFV en 1946 répondait à un double souci, pratique, d’une part, et politique, d’autre part ». L’auteur explique, ainsi, le besoin de scolarisation des enfants de militaires installés en Autriche, en raison du statut d’occupation que connaissait, alors, ce pays, et l’importance de restaurer « la langue et la culture française qui occupaient, depuis le XVIIIème siècle, une place privilégiée, non seulement dans l’aristocratie mais, surtout à Vienne, dans les diverses couches de la société, y compris populaires ».

Ce sont les Soviétiques qui étaient entrés les premiers à Vienne, en mars-avril 1945, les troupes françaises leur succédant. A Vienne, le premier établissement scolaire français commence à fonctionner en février 1946. Jusqu’à la rentrée scolaire de 1950, le nombre de français est stable (quelque 200 élèves) puis diminue durant les années 50 avant de retrouver son niveau initial. Le lycée français est installé dans divers espaces au fil des ans. Aujourd’hui, de l’Ecole primaire aux classes prépa, les bâtiments s’égrènent en bordure du parc « l’Altneubau », et le LFV, soixante-dix ans après sa création, « conserve son dynamisme et la volonté de demeurer un grand centre de rayonnement de l’éducation et de la culture française comme le souhaitaient ses fondateurs ».

 

Lycée Simone Weil, Le-Puy-en-Velay

Le numéro VI du Petit Journal de Simone retrace l’essentiel des activités de l’association en une dizaine de pages. Nouvelles du lycée (1215 élèves), remise de récompenses aux bacheliers obtenant les félicitations du jury ou déambulation sous le thème « Le Puy secret », l’agenda propose une série de rendez-vous. Deux sont incontournables, la « causerie » annuelle programmée dans le cadre de l’opération Retour vers le Bahut et la « galette des Reines ».

En 2017, sous la conduite d’un spécialiste de la pensée de Robert Louis Stevenson, les Anciennes et Anciens découvraient le sentiment religieux de l’auteur de « L’île au trésor » au cours de son voyage avec un âne dans les Cévennes, puis lors de la « Causerie » deux anciens professeurs, l’une, de lettres classiques et, l’autre, d’histoire-géographie planchaient sur l’utilité de l’école, sur sa longue histoire, pour voir que « dès le siècle de Platon, deux conceptions s’opposent et ne cesseront de le faire au cours des siècles. Tout en montrant comment les législateurs modernes ont orienté et défini les buts et les moyens à travers les textes de l’Instruction publique, puis de l’Education Nationale ».

 

Brèves

L’Amicale des Anciens du lycée de Presles à Vichy-Cusset propose, régulièrement, des activités, dernière en date, au mois de décembre, une conférence sur l’aviation depuis un siècle avec une histoire de l’aéroport de Vichy.

Les Anciens du lycée Marcelin-Berthelot à Saint-Maur éditent une lettre qui fait le point sur leurs rendez-vous, notamment le « pot aux bacheliers », une tradition bien établie destinée à « réunir les jeunes étudiants début octobre pour leur donner l’occasion de se retrouver et de revoir certains de leurs professeurs ».

La Société des techniciens et techniciens supérieurs (SOTEC), anciens élèves du lycée Coufignal à Strasbourg publie un bulletin semestriel avec, notamment, une précieuse liste d’offres d’emplois, visible, également, sur le site de la SOTEC.

Les Anciens élèves du lycée Louis Barthou de Pau ont choisi l’option d’un press book qui reprend les nouvelles locales parues dans Sud-Ouest ou Eclair. Au fil des pages, il est question des actualités paloises, des événements à caractère culturel ou sportif. Une vraie mine d’informations !

Le Lycée Masséna de Nice durement touché par l’attentat du 14 juillet 2016

 

Chères amies, Chers amis,

Suite à l’ignoble attentat qui a été commis le soir du 14 juillet 2016 à Nice, nous avons appris de Monsieur le Proviseur Serge Ferrari du Lycée Masséna de Nice, de Monsieur Vladimir Perm Président de l’association des anciens élèves du Lycée Masséna et de Jean-Pierre Fouchy membre de l’association et membre du Comité Directeur de l’Union des A, le décès de Monsieur Mathias Billiez professeur de mathématiques au sein de l’établissement Don Bosco de Nice, de sa compagne Madame Odile Caléo,professeur de mathématiques au Lycée Masséna et de sa maman Jocelyne Caléo. Dans cette folie meurtrière Camille Murris, 26 ans, ancienne élève d’ECS au Lycée Masséna a aussi perdu la vie.

Au nom de tous ses membres, l’Union des « A » présente ses sincères condoléances aux familles des défunts et à leurs amis.

Pour le Comité Directeur,

Alain Beslant

 

SOTEC Lycée Louis Couffignal (STRASBOURG)

Un quatre pages pour les voeux et annoncer l’Assemblée Générale le 23 mai 2015. Voir le site rubrique Associations adhérentes.

 

Lycée Alain (ALENçON) (septembre 2014)

176 pages contenant de magnifiques articles. L’ A.G. a eu lieu le 12 octobre 2014. Les retrouvailles (propos 1973 et 1974) auront lieu le 7 mars 2015.

 

Lycée Bernard Palissy (AGEN) (Année 2014).

Cette Association est très vivante tant pour les anciens que pour les élèves actuels. Le bulletin relate tout cela et bien sûr notre passage pour le congrès d’Agen en octobre dernier. Je voudrais surtout souligner l’éditorial du Président si idyllique, si enthousiaste que je vais lui demander de le publier dans « Lycées &Collèges » ainsi que son intervention lors de leur Assemblée Générale…

 

ALAS Lycée Albert Sarraut (HANOÏ) n° 201 (décembre 2014)

Toujours fidèle au rendez-vous, toujours riche, intéressant. L’Alas semble une source inépuisable de souvenirs et d’amitié…

 

Lycée Charles et Adrien Dupuy (LE PUY EN VELAY)

Chose promise, chose due. Nous avons reçu en même temps « Le bahutien libéré » et le bulletin n° 33 (2014) qui rend compte de l’avancement du dossier rénovation du lycée. Dans le premier, il nous est agréable de voir déjà l’annonce du prochain congrès de l’Union au Puy en Velay (prévu pour début octobre 2015)…